Bio

Denis BERGAMELLI

De l’architecture à la photographie

Diplômé de l’école d’Architecture de Toulouse, Denis pratique le métier d’architecte dans différentes agences avant de s’orienter vers l’ingénierie. C'est chez GETEC Sud-Ouest, bureau d'études spécialisé dans l'expertise d'ouvrages d'art à Toulouse, qu'il occupe aujourd'hui le poste d'inspecteur. Il va non seulement exercer son regard très technique dans le domaine du génie civil, mais aussi un regard artistique focalisé sur l'environnement dans lequel il évolue tous les jours. De là, va naitre la série "Structures", photographies d'univers urbains, tels que les autoroutes, le métro et les ponts. Sous un aspect conceptuel, il en saisit l’infiniment petit et en présente des éléments comme l’égal des œuvres d’un sculpteur.

Ces travaux ont donné lieu à plusieurs expositions dans le cadre de la manifestation artistique "Artistes à suivre" dans la haute vallée de l’Aude, en 2008 et 2009. En 2010, il présente une série consacrée au métro Toulousain dans un 38 tonnes, sous la forme d’un abécédaire avec la complicité du chanteur écrivain Pascal BIZERN.

Une histoire de rencontres, de chemins qui se croisent, d'envies

Le métier d’inspecteur d’ouvrages d’art lui fait découvrir en 1999, lors d'une campagne d'inspection dans la Drôme, le Domaine de la Bouvaude où Fabienne et Stéphane Barnaud élaborent leur Côtes du Rhône. De cette rencontre va naitre en 2012 la série photographique "In Vino Veritas".

Il présente ensuite cette série à Gérard Bertrand qui lui ouvre les portes du Château l'Hospitalet dans la Clape. Séduit par les photographies du domaine, Gérard Bertrand lui propose de les exposer dans le cadre du festival "Art de vivre, vivre l’Art", aux côtés de Yann Arthus Bertrand, Jean Pierre Rives et 14 artistes, plasticiens, peintres et sculpteurs.

Philippe Pagès, alors patron du Bijou, salle de spectacle emblématique de Toulouse, provoque la rencontre avec un troisème vigneron, Raymond Cantagrel. Les photographies prises dans son domaine du Clos de l'Église à Puy l'Évêque, dans l'appellation "Cahors", complètent la série "In vino veritas".

Conquis par ce regard atypique sur le vin, l’œnologue vigneron Pascal Chatonnet lui propose de réaliser une nouvelle série chez lui, au Château Haut Chaigneau, proche de Saint Emilion, qu’il exposera dans le cuvier de mai à septembre 2013.

Retour aux sources

Rendre compte d'un savoir faire quasi oublié... Tel est l'objectif de la série "Manufacture", qui explore une usine dans laquelle il a travaillé durant un an en 1981, juste avant de commencer ses études d'architecte. C'est la seule chapellerie encore en activité dans la Haute Vallée de l'Aude, alors qu'elle en avait compté pas moins d'une douzaine. Fonctionnant avec 600 ouvriers en 1981, elle perpétue toujours la tradition du chapeau de feutre, avec aujourd'hui seulement une dizaine de personnes.